dimanche 28 septembre 2014

Il était une fois, une téléopératrice...

Nous avons tous reçu à un moment de notre vie, un appel provenant d'un téléopérateur ou d'une téléopératrice, ces gens qui ont pour métier d'effectuer des tâches quotidiennes liées à la clientèle, qui émettent ou reçoivent des appels ou bien qui se chargent de faire des campagnes publicitaires. Certains peuvent réussir leur tâche haut la main, et d'autres, moins chanceux doivent supporter la mauvaise humeur de leurs clients et se trouver malgré cela, obligés de garder le sourire et continuer. Je suis bien placée pour le savoir, car j'ai fait ce métier.

Pour commencer, l'idée de travailler dans un centre d'appel est venue sur un coup de tête, je commençais à développer une certaine curiosité pour le domaine professionnel, j'avais envie de découvrir comment ça marchait, de quoi il s'agissait exactement, jusqu'au jour où j'ai décidé de poser ma candidature pour le poste de téléopératrice, j'ai reçu le lendemain matin une convocation pour un entretien.

Une fois mon entretien réussi, j'ai attaqué le boulot après une journée de simulation, ma tâche consistait à prendre au minimum 5 rendez-vous par jour pour des commerciaux, le principal défi auquel je devais faire face, c'était le fait de pouvoir gérer mon stress au téléphone, il me fallait faire tout mon possible pour garder mon sang froid, car entre les rendez-vous que je devais absolument décrocher, les dizaines d'appels que je devais passer, le même discours qui sans cesse se répétait, et certaines personnes qui trouvent du plaisir à être insupportables à l'autre bout du fil, j'avais vraiment l'impression de mener un combat qui durait 8 heures chaque jour, et qui semblait être éternel.

On ne peut pas évoquer le travail sans penser à ces petites choses qui peuvent nous insupporter, pour ma part, j'en ai eu ma dose en tentant cette expérience, dont la pression et l'air hautain des supérieurs qui me tapait sur les nerfs, l'attitude de certains collègues qui ne montrait pas du tout qu'ils étaient venus pour travailler, surtout les filles qui passaient leur temps à se regarder sans cesse dans le miroir de poche (chaque chose en son temps n'est ce pas ?), mais cela n'empêche que j'ai découvert plein de belles choses comme l'esprit d'équipe et le sens de l'entraide qui me donnait l'impression d'être au sein d'une grande famille avant que je ne choisisse de mettre fin à ce parcours pour reprendre ma vie étudiante et ainsi pouvoir rattraper le (grand) retard que j'avais pris.

Comme mentionné dans mon article De retour, j'ai repris ma vie de tous les jours mais avec encore plus d'amour, j'ai eu envie de revivre les instants de bonheurs dont je n'ai pas pu profiter, j'ai appris à savourer chaque instant de ma vie en me rappelant qu'il y a peu de temps, je n'avais pas la possibilité de le faire, j'ai appris à aimer et à aller vers les gens, j'ai vaincu plusieurs phobies qui me paraissaient invincibles, et je me rends compte que je n'ai rien perdu, bien au contraire, j'ai gagné en apprenant plein de belles choses, et je n'oublie pas de remercier par le biais de cet article, toutes les personnes qui m'ont apporté leur soutien, et leur dire que sans eux, rien n'aurait été possible. =)


Illustration : Pénélope Jolicoeur

  Et vous, avez vous déjà fait ce métier ? 


Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Euh non j'avoue je n'ai jamais tenté ce métier.
    Il ne m'a jamais vraiment attirer, j'aurais certainement fait couler la boite à ta place lol, je ne peux m’empêcher de pousser un coup de gueule si la personne à l'autre bout du fil est désagréable.

    Tu as été courageuse je trouve. En tout cas c'est bien que ce job a pu te permettre de relativiser vis à vis de ton quotidien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai eu envie moi aussi mais j'ai réussi à me maîtriser... =D

      J'ai fait de mon mieux pour donner le meilleur de moi malgré les petites difficultés, et j'en suis satisfaite ;)

      Supprimer