mardi 16 décembre 2014

L'attente

Je ne me suis jamais sentie aussi seule, je me rends compte ce soir que j'ai passé 20 ans à me battre pour garder cette plante en vie, il me fallait juste un peu d'eau et de l'amour pour la faire pousser, mais te voilà en train de la tuer de tes propres mains, ignorant qu'ainsi, tu es en train de m'ôter la vie.

Je me suis effacée pour te laisser briller, et je t'ai donné mes ailes pour que tu puisses voler, je ne voulais que ton bonheur, je me consumais à chaque seconde pour l'arracher de la gueule du loup, je me suis oubliée et j'ai laissé le vent m'emporter sans me plaindre ni poser trop de questions.

Mais le jour est venu pour que je puisse enfin ouvrir les yeux et voir les choses telles qu'elles sont, pour que j'avoue être la seule et l'unique perdante de ce long combat. Je vois mon âme saigner, et je ne sais pas combien de temps il me reste avant de partir et te laisser respirer à ta guise, comme tu désires...

Je me sens orpheline malgré le fait que tu sois là, tu as froidement choisi de couper ce lien dans mon cœur pour qu'il n'en reste que quelques mots inscrits devant mon prénom sur ma carte d'identité, je te vois, je t'entends mais sans jamais vraiment te sentir près de moi. Tu penses avoir toujours été là, mais laisse moi te dire que tu te trompes, on m'a volée plein de belles choses en ton absence, et c'est bien trop tard pour que je me mette à tout t'expliquer.

J'ai épuisé toute ma force, je me sens seule face à l'ouragan, je ne veux pas ton argent, ni tes relations, je veux mon père, celui que je n'ai jamais pu trouver, je veux cet homme que j'ai toujours cherché, celui qui sera capable de m'entendre, celui qui pourra m'ouvrir ses bras pour me serrer sans me blâmer, celui qui va essuyer mes larmes et faire renaître cet amour, qui s'éteint jour après jour...






Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Ma petite Émeraude..
    C'est fou, hier j'ai publié avec.. l'attente dans le texte car je suis dans une prison fantôme, mais j'attends..
    Le monde attend..
    Ou seulement nous..
    Je te renvoie sur mon blog le dernier article..
    Souffle sur ta tristesse..
    Ne sois pas négative.. tu es toi avec que d'être un nom un prénom ou une série de chiffres sur une carte...
    Sois libre, ôte ce carcan de servitudes
    Un abrazo y un besito para tù

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ambre pour ton commentaire qui met du baume au cœur. Je n'ai jamais été négative, mais je me rends compte que je me bats dans le vide, je finis toujours par perdre le sourire, et le pire c'est que je me retrouve toujours seule... Je ne fais de mal à personne, je ne fais du mal qu'à moi même...

      Gros bisous !

      Supprimer
  2. Un je corrige...
    Je voulais écrire tu es toi avant que d'être.....
    Ah ...Émeraude je connais ce genre de choses pour y avoir goûter.. trop.
    Avec dans le coeur plus d'amertume qu'une orange amère..
    Toutes ces choses m'ont aidé par la suite à être une Vraie Moi..
    Avec mes cicatrices, ma rébellion... mes peines mes joies mes incertitudes mes incompréhensions..mes silences..
    Beaucoup ne me comprennent pas ou plus..
    Qu'importe .
    Souris... Émeraude un jour viendra..
    La vie est souvent multitudes de chutes...
    Chut

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as entièrement raison Ambre, je sais que tout cela va passer, mais pour qu'elle disparaisse, la douleur doit être d'abord acceptée, j'ai mal, mais une petite voix intérieure me dit que je m'en sortirai.

      Merci beaucoup Ambre, tu es un Amour ♥

      Supprimer
    2. Un amour non juste une lumière au fond de ton tunnel

      Supprimer
    3. Je ne peut qu'adhérer à ta phrase "pour qu'elle disparaisse, la douleur doit être d'abord acceptée".

      Pour l'avoir vécu ( pour les deux parents ) avec du recul et bien sur après avoir accepter la réalité, aujourd'hui je ne suis plus amère, je ne leurs en veux même plus, c'est juste que je n'attend plus rien de leur part, j'ai pitié pour eux, car ils ne se rendent pas compte qu'ils ont bousillé une partie de moi, si j'étais parent et que je me rendait compte que j'ai assassiné une partie de l'âme de mon enfant je crois que je ne pourrai pas y survivre !

      Là je ne suis plus triste pour ce qui s'est passé, je suis juste "traumatisée" de la vie, mais envers mes parents je n'éprouve aucun sentiment négatif...

      Donc je te l'assure Emeraude, ça finira par passer, courage (je crois que je n'ai même pas besoin de te le dire, tu as le courage inné en toi, aies foi en toi c'est tout).

      Bisous <3

      Supprimer